Une hutte d'herbes...

J ’ai construit une hutte d’herbes où rien n’a de valeur

Après manger, je me détends et fais une petite sieste.

Quand elle a été finie, des mauvaises herbes toutes fraîches avaient apparues,

maintenant elle est habitée - couverte de mauvaises herbes.


La personne qui y habite vit dans le calme,

ni coincée à l’intérieur, ni à l’extérieur, ni entre les deux.

Les endroits du monde où vivent les gens, elle n’y vit pas

 Les royaumes (enchantés) qu’aiment les gens, elle ne les aime pas.


Bien que la hutte soit petite, elle contient le monde entier.

Sur dix mètres carrés, un vieil homme illumine les formes et leur nature.

Un bodhisattva du Grand Véhicule a confiance, sans aucun doute -

Les médiocres ou les inférieurs ne peuvent s’empêcher de se demander :

cette hutte va-t-elle périr ou non ?


Périssable ou pas, le maître originel est présent,

N’habitant ni au sud ni au nord, ni à l’est ni à l’ouest.

Bien appuyé sur la stabilité, il ne peut être surpassé ;

Une fenêtre lumineuse sous les grands pins,

Ni les palais de jade, ni les tours vermillon ne peuvent y être comparées.



Juste assis, la tête couverte, toutes choses sont au repos.

Alors ce moine de montagne ne comprend rien du tout.

Habitant ici, il ne travaille plus à sa libération.

Qui arrangerait fièrement les sièges, essayant de faire venir des invités ?



Retourne la lumière qui brille à l’intérieur, puis juste retourne.

On ne peut faire face à la source immense et inconcevable, ni s’en détourner.

Rencontre les anciens Maîtres, familiarise-toi avec leurs enseignements ;

Attache les herbes pour en faire une hutte, et continue.


Abandonne des centaines,d’années, reste dans le calme,

ouvre les mains et marche, innocent.

Des milliers de mondes, des myriades d’interprétations

ne sont là que pour te libérer des obstructions.


Si tu crois connaître la personne qui ne meurt pas de cette hutte,

Ne te sépare pas de ce sac de peau ici et maintenant.



Shih-t'ou (700-790)