la page Facebook du projet  mise à jour!


Bien sûr,pour le moment tout reste suspendu.

Mais le projet n'est pas abandonné...

Nous nous retrouverons bientôt!

janvier 2020: un bilan,

une  réflexion

  photo copieJPG

Le projet de Joshin Sensei, créer un lieu qui pourrait réunir laïcs âgés et moines et nonnes âgés, après une période de réflexion, se poursuit avec Danielle R., une pratiquante de longue date, médecin, avec enfants et petits-enfants, résidant dans le Gard.


Tout d’abord, des vœux de bonne année 2020 : puisse-t-elle combler vos vœux et ceux de vos

proches !

Ensuite, quelques nouvelles du projet Vieillir Ensemble dans le Dharma (VED).

Un appel aux bonnes volontés, dans le but d’acheter un terrain qui correspondait aux critères travaillés avec les premiers groupes, dans le Gard, avait été diffusé en Août 2019.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont répondu, plus de 30 :

  • Encouragements chaleureux, commentaires, propositions d’aides pour les démarches, d’aides techniques, d’aides financières ;
  • Deux nouvelles personnes se sont proposées pour venir habiter le lieu.


Nous avions donc formé un groupe de 5 personnes laïques intéressées pour le démarrage du projet, avec des différences quant à la participation possible dans un premier temps :

deux personnes pouvaient donner un apport financier, mais pas participer de façon intensive au travail de conception, d’écritures, qui est très important, se trouvant éloignées géographiquement ou très occupées ;

l’une, engagée dès le début du projet, doit différer sa participation financière de plusieurs années ; il restait deux personnes présentes, s’engageant financièrement dans l’achat et les démarches de construction de la coopérative d’habitants.

Nous avons pu préciser les besoins des différents habitants (laïques ou monastiques), le type d’habitat souhaité – sur ce terrain il s’agissait de construire une sorte d’éco-hameau.

Nous avons rencontré la mairie du village, et sommes allées visiter une coopérative d’habitants voisine en cours de réalisation (Geckologis, à Sanilhac, près d’Uzès). Nous avons, avec l’aide précieuse d’Iwan Guegan, exploré les conditions de création d’une coopérative d’habitants, dans le but de la créer rapidement pour que l’acquisition du terrain lui soit transférée.

Nous avons réfléchi avec l’aide de JP Genevois, architecte, qui nous aide depuis le début, aux séquences de construction de logements et de parties communes, et pris contact avec un architecte local engagé dans ce type de constructions, écologiques et participatives.


Il est ressorti de tout ce travail, mené tambour battant pour répondre au délai des vendeurs du terrain (un mois 1⁄2 pour la réponse), les éléments suivants :

  •   la construction d’une coopérative d’habitants est un travail et un effort de longue haleine (en moyenne quatre à six ans pour tous les groupes ayant réussi leur projet) ;

  •   cela demande la participation intensive ou au moins très régulière (minimum une fois par mois) de tous les coopérateurs, sur une longue période, pour bien se connaître, se mettre d’accord sur tous les points de conception, de gouvernance, de vie quotidienne, de partage, de droit...

  •   les démarches sont complexes et longues, bien que tout à fait à la portée d’un groupe motivé (il y a possibilité de subventions, d’aides par des associations porteuses comme Hab-Fab ou Habicoop, etc) ;
  •  

  • Point important : il faut un groupe d’au moins une dizaine de personnes pour que le projet soit viable sous la forme de coopérative d’habitants.

  • En effet les démarches doivent être partagées, le groupe doit être dynamique, les relais de responsabilités régulièrement passés de l’un des participants à un autre, les ressources financières suffisantes pour permettre à une banque de compléter le budget si nécessaire, etc...

    Peut-être avez-vous déjà tiré la conclusion de cet exposé : nous avons du reconnaître qu’acheter à deux ce terrain, en y engageant une grande partie de nos finances disponibles, voire la totalité, sans avoir la certitude ni de réunir ensuite un groupe suffisamment nombreux, ni de pouvoir construire par nos propres moyens, n’était pas réaliste. Nous avons donc reculé et donné une réponse négative au vendeur du terrain de St André d’Olérargues.

Alors maintenant, que se passe-t-il ?

Il n’y a aucune raison d’abandonner le projet VED, qui mois après mois vérifie sa pertinence sur le fond. Les besoins d’entraide pour poursuivre la pratique du Dharma au cours du vieillissement, (monastiques comme laïques), pratiquer au mieux les paramitas, demeurent.

Notre société s’ouvre en ce moment à la compréhension des besoins de sobriété, d’entraide, de respect de la vie et de l’environnement, à la notion d’interdépendance : c’est une chance pour nous, des circonstances favorables. Les « décideurs » sont beaucoup plus ouverts à ce type de projet, et les aides nombreuses – il faut aller les chercher.


Donc nous avons décidé, Anne-Marie Galmes, Michel Roth, Danielle Bloc Rodot, de poursuivre la recherche et la construction de ce lieu. Nous avons besoin d’autres personnes motivées et pouvant se mobiliser à différents niveaux, avec le désir que ce projet voie le jour, que ce soit pour y habiter personnellement ou non.

Toutes les idées et propositions sont toujours bienvenues. Toutes les questions aussi !

Je précise que pour l’instant, nous n’avons pas créé d’association ni donc de compte pouvant recevoir les sommes offertes (plusieurs d’entre vous en ont fait la proposition, et MERCI de tout cœur à elles, même si nous n’avons pas pu recevoir ces sommes).

C’est une étape qui sera normalement franchie en ce début d’année, donc si vous souhaitez être impliqué dans cette association VED, c’est bien de nous le (re)dire.

Voilà les nouvelles. C’est plein de travail pour cette nouvelle année, et une immense gratitude envers le Dharma transmis par nos maîtres, nos enseignant-e-s, et envers ceux qui ont répondu ces derniers mois à notre appel.

Les coordonnées pour nous joindre : pour l’instant toujours celles de Danielle Bloc Rodot (Chokan) :

Danielle.rodot@wanadoo.fr

0683818165

Nous vous communiquerons rapidement celles de l’association quand elle sera créée.

A tous vœux de Bonheur et de Lumière pour les temps qui viennent !

Danielle Chokan Rodot Anne Marie Galmes Michel Roth




Récapitulatif:

Vous connaissez déjà ce projet, issu d’un constat de l’enseignante du Bouddhisme Zen Joshin Bachoux Sensei, en 2016, sur le besoin émergent de lieux de retraite pour des monastiques âgées du bouddhisme ne pouvant plus demeurer dans un temple aux conditions de vie trop contraignantes, en France.

Il s’agit donc de réunir dans un lieu adapté, ouvert à toutes les écoles bouddhistes, des laïcs bouddhistes ou sympathisants, femmes, hommes, ou couples, avec des nonnes âgées, afin de partager le Dharma dans la vie quotidienne, l’entraide, la pratique et l’éthique du don et des préceptes, sur la voie de l’Eveil.


Je reprends simplement le travail déjà effectué avec les premiers groupes en 2017 et 2018 :

- construire une petite habitation sobre et à empreinte environnementale la plus faible possible, pour y vivre à demeure (ce sera mon cas) ou pour venir y rejoindre la sangha le plus souvent possible, et partager la pratique de la méditation, l’enseignement, avec les monastiques, une vie d’entraide, d’ouverture vers l’environnement, au sein d’un futur parc régional et d’une région peuplée, d’un village actif…

- ou soutenir le projet d’accueil de monastiques en finançant l’achat du terrain, ou la construction d’un logement ou du lieu de pratique par un don.


Danielle Choken Rodot

Les Fabrègues, cidex 6540

30330 St André d’Olérargues


Un lieu pour nonnes et laïcs âgés: vivre ensemble, pratiquer ensemble, vieillir ensemble: prendre soin de nous et des autres; finir sa vie au plus proche de notre Voie, tout en gardant un espace de vie personnel.

Dans la lignée des villages communautaires, de l’habitat collectif qui se développent ces dernières années.